25 févr. 2017

12 years a slave - Solomon Northup

Un témoignage bouleversant 


Auteur : Solomon Northup
Éditeur : Michel Lafon
Parution : 2 janvier 2014
Genre : Témoignage
Nombre de pages : 299
Prix : 16€95 

Résumé : 1841, ville de Washington. Deux hommes abordent Solomon Northup et lui proposent de jouer du violon dans leur cirque itinérant. À peine a-t-il accepté de les suivre qu’il est drogué et enlevé. Son identité est effacée et il est contraint de se présenter comme un esclave de naissance. Pendant douze terribles années, Solomon est vendu de propriété en propriété, travaillant dans les champs de coton ou sur des chantiers de construction en Louisiane. Dormant à même le sol poussiéreux, affamé, fouetté, il est menacé de mort par des maîtres qui le considèrent comme un sous-homme. Seule sa volonté de fer lui permet de ne pas sombrer dans la folie. Car Northup n’a qu’un objectif : survivre pour retrouver sa femme et ses trois enfants. Il ne laisse pas la cruauté le briser, et n’oublie jamais qui il est réellement : un homme prêt à tout pour retrouver sa liberté



Avant de débuter ma chronique, je tiens à dire qu'évidemment je ne vais absolument pas juger l'histoire racontée dans ce livre étant donné qu'elle a réellement été vécue par l'auteur. Nous sommes là dans le cas d'une non-fiction. 12 years a slave est le témoignage de Solomon Northup, un Noir libre devenu esclave car pris au piège par deux hommes. C'est l'histoire de la vie d'un père de famille, mari et homme libre qui va être bouleversé. 


source
J'ai pris mon temps pour lire ce livre, qui n'est certes pas long, mais qui était très dur à lire car très pesant. Je le sais, dès que je lis des témoignages et autres histoires vraies, j'ai du mal à avancer dans ma lecture. J'ai d'ailleurs souvent abandonné des témoignages car ils étaient trop difficiles à lire pour moi. 12 years a slave ne déroge pas à la règle mais je ne l'ai pas abandonné car j'ai aimé ma lecture que j'ai trouvé passionnante malgré tout. C'est un récit émouvant, dur et très poignant

Même si je ne peux juger l'histoire en tant que telle, je peux vous parler de l'écriture de Solomon Northup qui est très agréable. J'ai apprécié les moments où il s'adressait directement à nous, lecteurs. Dès le début, on a l'impression qu'il est désireux de partager cette partie de sa vie avec nous et qu'il est important pour lui que l'on comprenne les moindres détails. Il raconte son histoire avec beaucoup de sincérité ; sans ni exagérer, ni adoucir les faits. 

source
Solomon change de maître durant sa vie d'esclave et nous fait part des différences de traitements qu'il a observé. Il semble important pour lui de montrer aux lecteurs que chaque maître est différent et que ce ne sont pas tous des monstres inhumains. Aussi, il met un point d'honneur à nous parler de ses différents compagnons. Certaines de leurs histoires sont également très émouvantes et poignantes. Il faut également savoir que Solomon Northup était violoniste. La "relation" qu'il entretient avec son instrument et avec la musique en général est très belle. C'est un pan du récit qui m'a énormément touchée

source

Solomon Northup écrit son récit au passé, alors qu'il est sorti de son statut d'esclave et qu'il a recouvré sa liberté. Nous savons donc d'avance que l'esclavage ne lui a pas ôté la vie. La dernière partie du livre est donc consacrée à sa libération qui est, je dois le dire, excessivement émouvante

Vous avez peut-être déjà entendu parler de ce récit grâce au film qui s'en est inspiré et qui porte le même titre. J'ai récemment acheté le DVD pour pouvoir le visionner une fois ma lecture terminée. Maintenant que cela est fait, j'ai hâte de découvrir ce que donne ce témoignage sur écran. 


"La moindre pause, le moindre retard, les mouvements lents ou languissants étaient dès lors interdits ; il fallait être vif, animé, alerte. « Vers le haut, vers le bas, talon, pointe et on repart ». La silhouette corpulente d’Epps se mêlait à celles de ses esclaves sombres et se déplaçait rapidement dans le dédale des danseurs."





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire