2 avr. 2017

Petit pays - Gaël Faye

Un premier roman très réussi 


Auteur : Gaël Faye
Éditeur : Grasset
Parution : 24 août 2016
Genre : Contemporain
Nombre de pages : 224
Prix : 18€

Résumé : «Au temps d'avant, avant tout ça, avant ce que je vais raconter et le reste, c'était le bonheur, la vie sans se l'expliquer. Si l'on me demandait “Comment ça va ?” je répondais toujours “Ça va !”. du tac au tac. Le bonheur, ça t'évite de réfléchir. C'est par la suite que je me suis mis à considérer la question. À esquiver, à opiner vaguement du chef. D'ailleurs, tout le pays s'y était mis. Les gens ne répondaient plus que par “Ça va un peu”. Parce que la vie ne pouvait plus aller complètement bien après tout ce qui nous était arrivé.»

G.F.



Avant, Gabriel faisait les quatre cents coups avec ses copains dans leur coin de paradis. Et puis l'harmonie familiale s'est disloquée en même temps que son «petit pays», le Burundi, ce bout d'Afrique centrale brutalement malmené par l'Histoire.
Plus tard, Gabriel fait revivre un monde à jamais perdu. Les battements de cœur et les souffles coupés, les pensées profondes et les rires déployés, le parfum de citronnelle, les termites les jours d'orage, les jacarandas en fleur ... L'enfance, son infinie douceur, ses douleurs qui ne nous quittent jamais.


J'ai découvert Gaël Faye dans l'émission de Laurent Ruquier "On n'est pas couché" du 24 septembre 2016. J'ai tout de suite aimé cette personnalité. Il est très attachant et a beaucoup de cordes à son arc : auteur, compositeur, interprète et maintenant auteur avec ce fabuleux premier roman. Il est important de savoir que ce livre n'est pas autobiographique ; simplement, l'auteur s'est inspiré de sa propre vie, son parcours, son histoire, son enfance... En effet, l'auteur partage les mêmes origines que son personnage principal, Gabriel, mais ils n'ont pas la même histoire. 

source

C'est d'abord un très joli récit que l'on découvre à l'ouverture de ce livre. Cette histoire est remplie de sincérité, de bienveillance. Nous assistons à des moments de vie heureux, beaux et joyeux. De plus, Gabriel, le jeune narrateur, est très attachant. C'est un petit bonhomme qui va finalement devoir comprendre beaucoup de choses plus tôt que prévu et qui va grandir rapidement. 

La dernière partie est alors une grande claque qui bouscule tout ce bonheur qui était décrit. La guerre arrive. La guerre tue. On s'attache tellement aux personnages qu'il est difficile d'accepter leur destin. La mère de Gabriel est également un personnage très important. Elle va devoir se confronter à la mort de près. Cela va la bousculer, la changer à jamais et la faire devenir presque-folle. Pour moi, les passages où l'on peut percevoir son changement, ses hallucinations et sa folie ont été très difficiles. 

source

En outre, passionnée de littérature que je suis, le passage sur les livres m'a énormément touché. En effet, Gabriel, dépassé par les événements va se réfugier dans le monde merveilleux qu'est la lecture. Les livres vont lui permettre de s'évader. Ils deviennent son refuge. Cette image est très belle et très bien décrite par Gaël Faye. 

Le point le plus important pour moi a été l'écriture. Punaise ce que ce mec écrit bien ! C'est de la poésie à mes yeux, vraiment. D'ailleurs, j'ai écouté ses chansons par curiosité et j'adore ! Je vous conseille donc vivement d'aller écouter ce qu'il fait autant que d'aller lire son merveilleux premier roman. 

"Il faut se méfier des livres, ce sont des génies endormis." 




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire